Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2011

Le dernier des communistes

A l’aéroport d’Orly, l’avion en provenance de Clermont-Ferrand se fait attendre. Trente minutes de retard. Comme si le rendez-vous avec l’Histoire était déjà manqué… ou plutôt dépassé. L’homme que j’attends, c’est André Chassaigne, député communiste. Alors que se joue ce week-end à Montreuil l’avenir du parti, de « son » parti, Dédé ne perd rien de sa jovialité, ni de sa naturelle sérénité. Il le sait, Jean-Luc Mélenchon sera le prochain porte-étendard du Front de Gauche. C’est écrit. Mais André l’Auvergnat porte une responsabilité, celle de ne pas abandonner aux mains de l’ex-socialiste les rênes de cette grande alliance. Eviter l’OPA du PG sur le PC et empêcher une trop forte personnalisation du Front de gauche, c’est tout le sens de la candidature de ce communiste historique, aimé et respecté au sein de sa famille politique. Le député de Puy-de-Dôme n’est point homme de média. Mais en ce week-end de juin, sous l’œil curieux des caméras, il va rappeler au néo-révolutionnaire Mélenchon récemment « outé » que les communistes font aujourd’hui un choix de raison plus que de passion. C’est la dernière chance de voir leur idéal préservé et porté haut et clair dans cette campagne présidentielle… Par sa candidature, André sait qu’il empêchera tout espoir d’intronisation naturelle du très médiatique Mélenchon et entraînera de fait l’organisation de primaires qui ne porteront par leur nom…

Cette histoire, c’est celle de la conférence nationale de Montreuil où près de 800 délégués communistes débattront intensément trois jours durant pour décider de leur avenir. Le candidat Chassaigne est ce jour là « le dernier des communistes ».

Yoann GILLET

Les commentaires sont fermés.