Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/10/2011

La « petite mousse » de Montebourg

Mercredi 5 octobre, XIVe arrondissement de Paris. La voiture s’arrête à quelques mètres de « L’Osmoz café ». En ce soir de troisième et ultime débat télévisé, le bar est bondé et l’ambiance survoltée chez les militants. Dehors, un attroupement se forme autour du véhicule en stationnement. La portière s’ouvre et d’un bond surgit le grand gaillard, triomphant, que tout le monde attend ! Arnaud Montebourg vient d’arriver…



« Une petite mousse, ça fait pas de mal, hein ! » Adrénaline, extravagance ! Que le spectacle commence ! Le chantre de la VIème République, ce soir, semble confiant et content de lui. « Alors, Gaël ? Pas mal hein ! J’ai raté la fin, mais… »  C’est ça le style Montebourg ! Inimitable ! Insaisissable ! Modestement immodeste. A la fois proche et lointain. Tantôt convivial, tantôt perché. Aussi insupportable que captivant, il ne laisse indifférent ni les journalistes, ni les militants enivrés et galvanisés par le combat que vient de livrer leur champion dans les arènes de BFM-TV. Montebourg est bien placé, il le sait. Ses supporters aussi. Même les médias, qui ne misaient pas un « copec » sur le candidat de la « démondialisation » le décrivent aujourd’hui comme le trublion du duel annoncé Aubry-Hollande. Montebourg l’inclassable ! Grand bourgeois ou homme populaire ? A chacun son Montebourg. Le nôtre, ce soir-là, est un formidable personnage de comédie ; le plus loufoque et le plus excentrique de « La vraie campagne ! ». Il peut se le permettre ! Le 9 octobre, il sera à coup sûr le troisième homme, avec pour l’heure 12% d’intention de vote dans les sondages. Dimanche, c’est à lui que les deux candidats finalistes feront les yeux doux. C’est lui qui tiendra la baguette.

Mais qui de Montebourg ou de sa « démondialisation » plaît tant aux sympathisants de gauche ? On s’y perd. Qu’importe. Dans ce bistrot de la rue de l’Ouest, Arnaud amuse la galerie et raille ses frères ennemis ! Montebourg l’intarissable !  Curieux bonhomme. Curieuse soirée. J-4. Jusqu’ici, tout va bien…

 

Yoann GILLET

01/10/2011

Bande annonce "Elysée 2012 : la vraie campagne!"


BANDE ANNONCE " Elysée 2012, la vraie campagne"... par IMAGEETCOMPAGNIE

Extrait 1 : L'ascension de Marine le Pen (1e mai 2011)


Marine Le Pen (extrait n°1) - "Elysée 2012, la... par IMAGEETCOMPAGNIE

Extrait 2 : La stratégie du camp Hulot


Nicolas Hulot (extrait n°2) - "Elysée 2012, la... par IMAGEETCOMPAGNIE

Élysée 2012, la vraie campagne !

 

Yoann GILLET, Serge Moati, Élysée 2012, la vraie campagne, Le Pen, Sarkozy, France 3

« Dans un an et demi, les Français auront rendez-vous avec la politique, avec leur avenir. Avec un homme ou une femme, aussi. D’ici là, ils assisteront, comme acteurs ou spectateurs, à un formidable marathon : la course à l’Elysée. En filmer les cent derniers mètres nous paraît réducteur. Avec 2012, nous voulons filmer l’entraînement, l’échauffement, les vestiaires, jusqu’à l’arrivée des concurrents sur la ligne de départ. Ce sera notre premier volet. Puis nous suivrons la course elle-même, les étapes, le terrain accidenté, les avancées et sprints des uns, les chutes et découragements des autres. La trame dramatique de cet événement démocratique majeur est supérieure à bien des fictions ! Que de passions humaines, de coups de théâtre et de rebondissements il promet ! Chaque mois, les épisodes de 52’ reviendront sur les principales étapes parcourues par les candidats. Les citoyens-téléspectateurs auront rendez-vous avec leur série, politico-dramatique. Enfin, le dernier volet montrera la victoire de l’un et la défaite des autres. Un point d’orgue de la course avec le suspens, le dernier virage, le sprint final, et la ligne d’arrivée. »

Image et compagnie

Durée : 6 X 52’, 1 X 90'
Diffuseur : France 3
En production

L’équipe de la série documentaire « Elysée 2012, la vraie campagne »
(par ordre alphabétique)

Erwan BIZEUL, monteur

Vincent DE COINTET, journaliste reporter d’image (co-réalisateur)

Yoann GILLET, journaliste coordinateur

Elke HARTMANN, monteuse

Amélie JUAN, productrice

Isabelle KARAISKOS, chargée de production

Véronique LALUBIE, directrice de production

Christophe LANCELLOTTI, journaliste reporter d’image (co-réalisateur)

Henry MARQUIS, Journaliste reporter d’image (co-réalisateur)

Alix MAURIN, assistante réalisatrice, coordinatrice

Serge MOATI, réalisateur  et producteur délégué

Théophile SOURDILLE, assistant de rédaction

Eloi DE VERNEUIL, Assistant de production