Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2011

Ces Tourangeaux de Paris attachés à leurs racines

En lançant l'association Tours Capitale Club, Yoann et Wilfried veulent créer une passerelle à double sens entre Tours et Paris.

Yoann GILLET, Wilfried Schwartz, Tours Capitale Club

L'idée m'est venue en pensant à ma propre expérience. Lorsque je suis arrivé à Paris pour trouver du travail, j'ai galéré dans un studio de 17 m 2 au 7 e étage sans ascenseur. Boire un verre ou aller au resto était toujours un exercice compliqué compte tenu des tarifs. Bref, je me sentais un peu seul. Et puis au bout d'un certain temps, je me suis aperçu que d'autres Tourangeaux que je connaissais vivaient aussi à Paris, avec les mêmes difficultés. Alors je me suis dit, pourquoi ne pas créer une association qui servirait de lien à tout ce monde-là et, qui plus est, serait une fenêtre tourangelle ouverte sur la capitale.

Yoann Gillet, 26 ans, a grandi à Vouvray. Diplômé de l'Établissement public de journaliste de Tours, il travaille dans l'équipe de Serge Moati. Avec son ami tourangeau Wilfried Schwartz, directeur de cabinet du maire de la Riche, il vient de déposer les statuts de l'association « Tours, capitale club », 5 € l'adhésion.
« Cette association est ouverte à tous. Son ambition est de créer des réseaux pour aider les jeunes qui débarquent à Paris, mais on peut aussi y favoriser le covoiturage et réduire ainsi le coût des transports. On peut encore négocier des prix pour des places de spectacle, des rencontres gastronomiques... Aujourd'hui nous sommes une trentaine, journalistes, étudiants, avocats, notaires, commerciaux, juristes... Il y a même des Parisiens qui adorent la Touraine comme Laurent Cabrol. Pour l'instant, on a décidé de se réunir chaque premier mercredi du mois dans un café parisien mais on peut élargir le spectre des activités. »
Au-delà de la fonction logistique de l'association, Yoann Gillet y voit aussi une façon d'ouvrir une fenêtre tourangelle sur Paname. « Rien ne m'énerve plus que les provinciaux qui dénigrent leur région de naissance. Moi j'adore la Touraine, à Paris on m'appelle d'ailleurs le Tourangeau. J'en parle sans arrêt. D'un autre côté, c'est l'occasion de faire venir des Parisiens en Touraine et de créer des évènements. J'aimerais bien pousser Serge Moati à acheter ici... »

Contact sur Facebook : Tours Capitale Club ou Yoann Gillet 06.98.79.05.76.

Jacques Benzakoun
La Nouvelle République

Yoann Gillet, Nouvelle République, Tours Capitale Club, TCC, Tours, Tourangeaux, Serge Moati

Les commentaires sont fermés.