Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2012

Made in Bayrou

« Produire en France » ! Voici la nouvelle trouvaille du Président du Mouvement démocrate pour créer la différence, sa différence, en 2012. Si aujourd’hui le thème est sur toutes les lèvres, François Bayrou en a fait le fer de lance de sa campagne ! A chaque élection son symbole. En 2002, souvenez-vous, au bon vieux temps de l’UDF unie, le leader centriste était, dans tous les esprits, le candidat de la gifle, infligée à un gamin venu le détrousser, sous l’œil des caméras de télévision. Autorité. En 2007, ce sont les médias que Bayrou empoignait, sans ménagement, s’accommodant néanmoins de leur présence pour diffuser son message présidentiel. Coup de gueule contre la « peopolisation » des politiques et la société de communication. Indépendance. Cinq ans et une traversée du désert plus tard, Bayrou a trouvé sa nouvelle arme. En bon Béarnais, proche du terroir, de la culture et des traditions de son « pays natal », le chef du MoDem rêve de voir le « Made in France » faire de lui le porte-étendard des classes populaires invisibles, des « sans voix », de toutes les victimes de la mondialisation, des délocalisations et du chômage. Protection. Oui, cette année, François Bayrou protègera les Français. Les plus faibles en particulier, « ceux qui ont décroché, ou n’ont jamais, encore, accroché. ». Il faut recréer de l’emploi, donc réindustrialiser la France pour produire français et acheter français. Alors, au siège du MoDem, on se creuse la tête, on calcule. On traque les produits « made in India ». Et on s’indigne. C’est l’heure, pour le professeur Bayrou, de donner une petite leçon d’économie, sous l’œil des caméras très attentives d’« Elysée 2012, la vraie campagne ! ».

 

Etonnante séquence que l’on a vu se dérouler devant nous, lors de cette réunion. Il est toujours difficile d’accéder à ce genre de lieu, mais tellement précieux et savoureux de s’y trouver. Il s’agissait de notre second tournage avec le candidat Bayrou déclaré. On ne sait jamais ce que notre présence suscite comme réaction et donc comme situation. Se serait-il levé si nous n’avions pas été là ? A bien y réfléchir ce n’est peut-être pas vraiment ça l’important. Ce qui transpire de cette séquence c’est vraiment la singularité de cet homme politique, où la permanence de cet ancien professeur et Ministre de l’Education se fait sentir.

Yoann GILLET

Les commentaires sont fermés.