Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2011

"Elysée 2012, la vraie campagne!" : épisode 3


BANDE ANNONCE élysée 2012, la vraie campagne... par IMAGEETCOMPAGNIE

06/11/2011

"Elysée 2012, la vraie campagne!" : épisode 2


BANDE ANNONCE - ELYSEE 2012, la vraie campagne -... par IMAGEETCOMPAGNIE

"Le temps des primaires 2/2", c'est le deuxième volet de la série documentaire "Elysée 2012, la vraie campagne!".

Souvenez-vous, le 3 octobre dernier, nous vous avions fait pénétrer dans les coulisses des primaires verte, rose et bleu marine. Le 16 janvier 2011, Marine Le Pen accédait à la tête du Front national lors du congrès de Tours, à l'issue d'un scrutin sans grand suspens. Eva Joly, quant à elle et contre toute attente, devenait la candidate d'Europe Écologie les Verts à la présidentielle, volant ainsi la vedette à Nicolas Hulot avec plus de 58% des voix ; c'était le 12 juillet 2011. Quant aux socialistes, nous les avions laissés en plein débat télévisé, sur le plateau de France 2... l'heure était grave et le ton sobre.

Mais deux débats et quelques passe d'armes plus tard, les Français "de Gauche" ont tranché lors de ce grand exercice démocratique des primaires ouvertes : François Hollande est désormais le champion incontestable et incontesté des socialistes à l'élection présidentielle. Mais comment l'ancien secrétaire du PS, tant critiqué pour son manque de charisme à l'époque, a-t-il pu emporter la victoire si haut la main, avec 56,6% des voix? Pourquoi Martine Aubry, partie si tard dans la course à l'investiture, n'a-t-elle jamais réussie à rattraper son principal challenger resté en tête des sondages tout au long de cette campagne ? Et Montebourg ? Peu de parieurs avaient misé sur ses 17% qui l'ont propulsé à la place de troisième homme et par la même occasion au poste d'arbitre pour la finale Hollande-Aubry! Un match surmédiatisé qui a bien failli asphyxier l'UMP, chahuté dans tous les sens comme une boule de flipper entre les très médiatiques primaires socialistes et les revendications sécuritères d'une droite populaire qui en appelle sans cesse au Sarkozy de 2007, "des racailles et des kärcher".

Et bien c'est cette histoire que nous allons vous raconter ce soir, à 23h15, sur France 3, dans le deuxième épisode d'"Elysée 2012, la vraie campagne!"

Yoann GILLET

05/10/2011

La « petite mousse » de Montebourg

Mercredi 5 octobre, XIVe arrondissement de Paris. La voiture s’arrête à quelques mètres de « L’Osmoz café ». En ce soir de troisième et ultime débat télévisé, le bar est bondé et l’ambiance survoltée chez les militants. Dehors, un attroupement se forme autour du véhicule en stationnement. La portière s’ouvre et d’un bond surgit le grand gaillard, triomphant, que tout le monde attend ! Arnaud Montebourg vient d’arriver…



« Une petite mousse, ça fait pas de mal, hein ! » Adrénaline, extravagance ! Que le spectacle commence ! Le chantre de la VIème République, ce soir, semble confiant et content de lui. « Alors, Gaël ? Pas mal hein ! J’ai raté la fin, mais… »  C’est ça le style Montebourg ! Inimitable ! Insaisissable ! Modestement immodeste. A la fois proche et lointain. Tantôt convivial, tantôt perché. Aussi insupportable que captivant, il ne laisse indifférent ni les journalistes, ni les militants enivrés et galvanisés par le combat que vient de livrer leur champion dans les arènes de BFM-TV. Montebourg est bien placé, il le sait. Ses supporters aussi. Même les médias, qui ne misaient pas un « copec » sur le candidat de la « démondialisation » le décrivent aujourd’hui comme le trublion du duel annoncé Aubry-Hollande. Montebourg l’inclassable ! Grand bourgeois ou homme populaire ? A chacun son Montebourg. Le nôtre, ce soir-là, est un formidable personnage de comédie ; le plus loufoque et le plus excentrique de « La vraie campagne ! ». Il peut se le permettre ! Le 9 octobre, il sera à coup sûr le troisième homme, avec pour l’heure 12% d’intention de vote dans les sondages. Dimanche, c’est à lui que les deux candidats finalistes feront les yeux doux. C’est lui qui tiendra la baguette.

Mais qui de Montebourg ou de sa « démondialisation » plaît tant aux sympathisants de gauche ? On s’y perd. Qu’importe. Dans ce bistrot de la rue de l’Ouest, Arnaud amuse la galerie et raille ses frères ennemis ! Montebourg l’intarissable !  Curieux bonhomme. Curieuse soirée. J-4. Jusqu’ici, tout va bien…

 

Yoann GILLET

01/10/2011

Bande annonce "Elysée 2012 : la vraie campagne!"


BANDE ANNONCE " Elysée 2012, la vraie campagne"... par IMAGEETCOMPAGNIE

Extrait 1 : L'ascension de Marine le Pen (1e mai 2011)


Marine Le Pen (extrait n°1) - "Elysée 2012, la... par IMAGEETCOMPAGNIE